Hubin-Fastré s’imposent au Castellet

C’est sur le circuit du Castellet, dans le cadre de la Sunday Ride Classic, que s’est déroulée la première épreuve de l’European Classic Series 2016.

Quatre heures de course, dont une bonne partie de nuit, qui ont vu la victoire finale du team Force, composé de deux pilotes d’endurance très expérimentés : Grégory Fastré, deuxième aux récentes 24 Heures du Mans, et Richard Hubin, champion du monde d’endurance en 1983. Les deux Verviétois n’ont pourtant pas eu la vie facile. Après avoir signé la pole position, ils connaissaient des problèmes moteur lors du warm-up, ce qui obligeait l’équipe technique à remplacer le moteur. Deux heures plus tard, ils étaient prêts pour le premier départ de la saison de l’ECS 2016, mais un problème de gicleur en décidait autrement et les contraignait à s’élancer depuis la pit-lane pour le tour de chauffe. 

Sur le coup de 19h, le meilleur départ est signé par la Kawasaki n°59 du team Alf’s. Elle doit pourtant rapidement laisser le commandement des opérations aux Anglais du team Neate Racing, avec un Steven Neate déchaîné au guidon. Une petite surprise, d’autant que la Honda 17 est inscrite en catégorie ‘Classic’, au contraire des grands favoris comme le team Force ou encore le Sweatshop Phase One, engagés quant à eux en ‘Legend’. La preuve du bien-fondé du nouveau règlement instauré par DG Sport cette année.

La n°17 est rapidement prise en chasse par la Suzuki de Fastré-Hubin, qui pointe en deuxième position dès le cinquième tour, alors que la n°1 du team Sweatshop Phase One les rejoint à la troisième place. En tête de la course, les positions resteront inchangées jusqu’à l’entrée en scène de la Safety-Car suite à la chute de la Kawasaki du team Alf’s, dont le réservoir se détache et prend feu.

L’intervention de la voiture de sécurité permet au team Force de refaire une partie de son retard. La Suzuki 56 s’installe en tête du peloton au 43e tour et ne la quittera plus jusqu’au drapeau à damier, emmenant la n°17 du clan Neate dans son sillage. Les deux équipes finiront d’ailleurs dans le même tour, avec une grosse trentaine de secondes d’écart sur la ligne d’arrivée. A noter également, l’abandon à quelques minutes de la fin de la Kawasaki du Racing Team Hampe Club 14 (Nicolas de Dieuleveult/Christian Haquin) alors en 7e position.

En catégorie Classic 1000 la victoire va aux Français du AML Racing (Richard Weber/Pierre d’Imbleval) devant la BMW des Allemands du Classic Boxer Endurance (Tobias Kage/Andreas Kollman/Ralf Lewien) et les Belges Eric Brun et Marc Detournay du team Vulcanet. «J’ai mal partout, mais la tête dans les étoiles», confiait ce dernier à l’arrivée. «Nous avons failli ne pas faire le déplacement et nous terminons sur le podium. Tous les efforts de l’équipe sont récompensés par cette belle troisième place.» Signalons aussi la belle performance du Racing Team ASD 117 de Nico Bonifacio - Matteo Giordani - Daniele Sasselli, vainqueur en catégorie 750 TT, mais aussi 18e du classement général au guidon de leur «petite» Suzuki 750cc.

Sans surprise, la paire Hubin-Fastré signe donc le triplé du week-end : pole position, meilleur tour en course et victoire finale dans la catégorie reine. Mais tous les prétendants au titre ont répondu présent à l’appel de cette première manche, à commencer par Peter Linden et Ian Simpson du team Sweatshop Phase One, mais aussi le Neate Racing. Celui-ci sera d’ailleurs renforcé par la présence de John McGuinness pour la prochaine épreuve, qui se déroulera début juillet dans le cadre des Bikers’Classics de Spa-Francorchamps

Le rendez-vous est d’ores et déjà pris. «Si tout se passe aussi bien à Spa qu’au Castellet, nous ne pourrons être que ravis», confie Carolane Jupsin, en charge de l’European Classic Series chez DG Sport. «Nous avons connu un week-end sans encombre, sans grosse chute et dans une super ambiance. Les nouvelles catégories Classic-Legend ont créé un bel engouement et de belles passes d’armes dans le peloton. Que demander de plus, si ce n’est une grille encore plus chargée l’année prochaine ?»